Gil Graff

travaux d'été et inspiration.

Pendant la période estivale je m’active en divers domaines, apiculture maçonnerie, maraichage, etc… Et cet été j’ai repris gout à l’écriture, voui, le « à suivre » à la fin de « chronorome, requiem… » me démangeait. Et comme je n’ai plus d’éditeur, ben du coup j’ai songé : tant qu’à ne pas être publiée autant écrire ce dont j’ai vraiment envie. 

J’ai emmené mon ordi portable à Boule d’Amont et pendant mes pauses je me suis offert le plaisir d’écrire en pleine nature à l’ombre de mon plaqueminier. C’était chouette, même si ça partait un peu dans tous les sens au niveau de l’intrique. Histoire de laisser couler le flux j’ai ouvert de nouveaux dossiers. Il y avait trop de personnages qui demandaient à vivre je les ai laissé venir. Au gré de cette sérendipité dans la narration j’ai fini par m’attacher à une gamine de six ans. J’avais comme toile de fond Villonne et je faisais évoluer mes personnages dans la classe moyenne, histoire de voir dans mon Disneyland préfasciste comment réagissaient les mous, les ceussent qui prennent parti de loin, afin de ne pas risquer de perdre leur petit confort. Pour le besoin de l’histoire, il y a eu une incursion chez les gueux… J’ai eu l’impression de revenir sur mon vrai terrain de jeux.  Là, d’un coup tout se mettait en place et s’imbriquait, j’étais bien.

Et puis mon vieux chat est mort. Quelques jours avant en rentrant un soir d’orage j’avais trouvé sans la rue un jeune martinet incapable de voler. Je l’avais installé dans une corbeille sur la terrasse et je lui donnais à manger (enfin ça ressemblait plus à du gavage, mais bon, j’avais regardé des vidéos pour apprendre à l’alimenter).

Mon veux matou qui s’étiolait ces derniers temps m’accueillait depuis quelques semaines avec des miaulements péremptoires, son truc, c’était de lui changer son eau, pratiquement toutes les heures si j’étais à la maison, et au moins dès que je rentrais. Il récriminait jusqu’à ce que je prenne sa gamelle et que je change l’eau et comme je versais celle dont il ne voulait plus dans le pot des plantes de la terrasse j’ai fini par en faire crever une à force de trop d’arrosage. Mais, c’était mon petit vieux un peu sénile et comme il continuait d’aller gentiment faire dans sa caisse ses litres de pisse (devait avoir les reins un peu niqués) je souscrivais à son caprice. Cette fois-là en rentrant je l’ai entendu miauler dans mon bureau, il avait un coin qu’il affectionnait, sous un fauteuil à bascule en fibre de bananier (59 euros chez Ikea). Je me suis dit que j’allais d’abord nourrir le piaf avant d’aller faire joujou avec la flotte du chat. Puis j’ai réalisé qu’il miaulait dans le bureau et que sa gamelle était dans la cuisine. Le piaf n’en finissait pas d’ingurgiter ses quatre boulettes et le chat miaulait. J’ai dit plusieurs fois très fort pour qu’il m’entende de la terrasse « J’arrive pépère, j’arrive ». Avec le temps son nom Simba ( le roi lion est passé par là) était devenu « pépère ».

J’avais soif, je suis passé par la cuisine boire un truc frais, le chat ne miaulait plus alors j’ai pris le temps de siroter mon panaché framboise. Lorsque je ne suis enfin montée dans mon bureau j’ai eu d’un coup un terrible pressentiment. Imbécile que je suis ! Mon pauvre matou ne miaulait pas, il agonisait… Et je suis arrivée trop tard, peut-être quelques minutes voire secondes, il était encore tout chaud.

Dans mon imagination qui m’invite à l’anthropomorphisme je me dis que se voyant mourir il s’est accroché jusqu’à mon retour et qu’il a usé ces dernières forces à m’appeler. Et moi, pendant ce temps je m’occupais d’un piaf assez con pour tomber du nid. Mon brave chat qui m’a tenu compagnie pendant 17 ans est mort, seul. J’ai bercé sa tiède dépouille jusqu’à ce qu’elle soit affreusement froide. J’ai déposé son cadavre dans un carton (détail absurde : c’était le l’emballage de l’aspirateur qui lui faisait si peur). Le lendemain avec pelle et pioche je l’ai enterré à l’ombre des merisiers sous l’œil intéressé de ma jeune chienne.

Tristesse et culpabilité ont terni ma fin d’été.

Le piaf lui va bien, enfin je l’espère, quelques jours après il s’est envolé, comme mon inspiration.

 


Une critique sympa de Phil Becker.

http://imaginr-chroniques.blogspot.fr/2017/12/vous-aurez-de-mes-nouvelles-dans-les.html

 

Retour à Tours et le miel de la révolte.

 

Je suis invitée à Polar sur Loire, ça se passe à Tours le 25 novembre. Je suis super contente puisque cela me permet une sorte de pèlerinage.

Je réside dans les Pyrénées Orientales depuis presque 30 ans.  Mais, j’ai vécu à Tours une période particulière, celle de mon adolescente jusqu’à mes premières années – de ce qu’on appelle maintenant – de jeune adulte, donc on va dire dix ans.

Je suis passée de l’institution Sainte Jeanne d’Arc Notre Dame de la Flèche (en Sarthe) pour intégrer le CES Pasteur à Tours au cœur de la cité du Sanitas.

Pour qui connait Tours, des rives du Cher jusqu’au bout la rue Nationale c’est une ligne droite de deux kilomètres et demi. J’ai arpenté la ville d’un bout à l’autre puis dans tous les sens, à pied, toujours à pied, il y avait bien le bus mais je n’avais pas beaucoup d’argent de poche et marcher à travers une ville est encore le meilleur moyen de la connaitre.

Evidemment tout va avoir changé, j’ai changé moi aussi. Un matin de Janvier 1985, j’ai quitté Tours dans une vieille Ford Taunus break. Je reviens à bord de mon pick-up Nissan Navara, j’aime bien les véhicules trop grands pour moi. Ma mémé Graff me disait : ne t’attache pas à ce qui ne rentre pas dans une valise, je vois un peu plus grand : je ne m’attache pas à ce qui ne tient pas dans mon véhicule. Dès fois que… En 1985 je partais avec une envie d’écrire jamais avouée à personne, je reviens avec mes bouquins. Le dernier, « Vous aurez de mes nouvelles dans les journaux » écrit il y a quelques années, a pour décor une station-service basée à Tours:-).

Le miel de la révolte !

Ce miel 2017 que j’ai réussi à produire cette année, une personne connaissant mon parcours l’a nommé par boutade : le miel de la révolte.

Lorsque j’ai démissionné de mon emploi de fonctionnaire je n’ai vu que de la crainte autour de moi. On me plaignait, folle inconsciente que j’étais. Je quittais la sécurité pour faire quoi ? Rénover une vieille bâtisse à l’orée d’un village perdu dans l’arrière-pays ! Faire de l’apiculture et écrire des histoires ! Ben oui, je voulais faire ça moi. Mais tu vas être pauvre ! Certes, mais au moins ma vie est riche. Je vais pas mentir, je ne « travaille » plus au sens latin du terme mais j’ai, on va dire : énormément d’activité physique. J’ai bataillé tout l’été contre les frelons asiatiques, j’ai essuyé les moqueries de quelques personnes, j’ai bravé la chaleur, transpiré (j’en ai chié) mais j’ai réussi à récolter un putain de miel délicieux, le miel de la révolte : la mienne. Je ne voulais pas mourir lentement dans la torpeur de la sécurité de l’emploi.  Je ne voulais plus de ce confort-là.

J’ai écrit aussi, dans ma tête, tandis que je me battais avec les putains de genêts –il parait qu’il faut les couper trois fois avant qu’ils disparaissent pour de bon– mon imagination a commencé à vagabonder, j’ai vu se dessiner des personnages, je me suis attaché à certains et voilà que se dessine doucement une possible suite à « Chronodrome : Requiem… » oui, cette histoire qui m’est si chère.

Ecrire : je sens que je vais m’y remettre… demain ou après-demain, bientôt.

Cette ville, Villonne, basée dans le sud où se déroule l’histoire de Concerto pour l’abattoir et de Chronodrome. Cette ville que je décris, avec ses deux ponts, la place Jean Jaurès et son palais des sports. Cette ville me manquait.

Villonne, en réalité, c’est Tours sous la pluie…

 

 

 

 

 

Posté par Gil Graff à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,