30 octobre 2014

Première sélection du prix J'ean Carrière 2014... En queue de peloton : mais j'y suis :-) je peux rêver jusqu'au 15 novembre.

COMMUNIQUE DE PRESSE 
30 octobre 2014
PRIX JEAN-CARRIERE 2014
Première sélection 
Douze titres ont été sélectionnés pour le Prix Jean-Carrière 2014 :
La Splendeur, de Régine Détambel (Actes Sud)
Le dernier été d’un jeune homme, de Salim Bachi (Flammarion)
Les Convalescentes, de Michèle Gazier (Seuil)
Haute-époque, de Jean-Yves Lacroix (Albin Michel)
Place de l’oie, de Jean-Jacques Salgon (Verdier)
Journal d’un écrivain en pyjama, de Dany Laferrière (Grasset)
Fixer le ciel au mur, de Tieri Briet (Au Rouergue)
Le liseur du 6h 27, de Jean-Paul Didierlaurent (Au Diable Vauvert)
Une jeunesse italienne, de Jean-Pierre Cabanes (Anthema)
Ecrire pour quelqu’un, de Jean-Michel Delacomptée (Gallimard)
La boite aux lettres du cimetière, de Serge Pey (Zulma)
Personne ne parlera de nous quand nous serons morts, de Gil Graff (Utima necat) 
La deuxième sélection vous sera communiquée le 15 novembre prochain.
Bien cordialement


25 mars 2014

Puisque que les gens meurent…

 

Dernièrement les petites lumières ont brillé au-dessus des réfrigérateurs (ceux qui connaissent Rémo Valdi, comprendront).

J’espère qu’ils ont trouvé un truc sympa après la vie. Je me demande à quoi leur aura servi d’aimer lire, d’aimer les gens, d’aimer la vie.

Bonne route Sylvio…

Michel, toi, tu es certainement déjà loin…

A+ les gars.

Posté par Gil Graff à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 janvier 2014

Je cause dans l'émission littérare de Stéphanie Jaeger "La Virgule Flottante..."

 Une interview sympa avec Stéphanie Jaeger pour son émission littéraire la virgule flottante  http://www.cotepo.fr/?p=1086 

Je n'aime déjà pas me voir en photo alors quand en plus c'est filmé :-)

Je ne sais pas si cela pourra donner envie de me lire mais c'est bien moi avec mes tics et mes petites manies. Il parait que je ne parle pas assez fort... Je me demande surtout si je ne devrais pas investir dans un mini lifting :-(


13 décembre 2013

Une belle douche écossaise lors de la mise en place de « PNPDNLNSM » dans une librairie.

J’accompagne donc Philippe Salus pour la mise en place en librairie de « Personne ne parlera de nous lorsque nous serons morts ». Il fait froid, la nuit tombe mais les vitrines sont illuminées et décorées. Je chasse le petit coup de blues que me flanque cette ambiance noëlique. Je suis tellement inconnue que les libraires en me voyant avec un éditeur me prennent certainement pour une vieille stagiaire voire un emploi aidé. Bon j’exagère un peu, il y a eu ma photo sur certaines quatrièmes de couv. Mais, même, le temps est passé et je ne ressemble plus trop à la photo en noir et blanc qui floutait rides et ridules, en plus je porte mes lunettes et puis je suis mal coiffée et fatiguée. Voué : j’ai vieilli, muri. Et je vais me prendre 10 ans dans la tronche dans les minutes qui vont suivre.

Philippe Salus fait donc l’article sur ses nouveautés Mare Nostrum, puis il passe à Ultima Necat, le libraire est très intéressé pour refaire le plein de «  Herbes magiques et petites formules » publié par la maison d’édition balbutiante qui a bien démarré l’année dernière avec l’ouvrage de Joan Tocabens. Bon, Philippe sort enfin MON livre :

-          Et ce titre qui vient de paraître qui est le dernier Gil Graff…

-          Eh ! Super ! un nouveau Gil Graff ! répond le libraire en s’emparant du volume.

Je ne moufte pas, mais bah oui, j’ai un petit chatouillis au cœur. Finalement c’est chouette l’ambiance de Noël.

Le libraire tourne et retourne le livre, admire la couverture, si, il l’admire même si j’ai su que quelqu’un a dit qu’elle était à chier  (il y a des jaloux partout, c’est la vie). Il lit la quatrième jusqu’au bout, remarque la pertinence du bandeau.

-          Ce n’est pas un roman noir, remarque-t-il, mais en général, Gil Graff, ça envoie du bois. Je me souviens Catalan Psycho…

-          C’est pas le même genre du tout, l’interrompt Salus,  c’est un  roman qui retrace la vie de deux individus, tout est vrai historiquement mais évidemment romancé, mais certes, c'est du Gil Graff…

-          Ha ! Mais moi, j’aime beaucoup Gil Graff hein ! affirme le libraire. Oui, Gil Graff, ça c’est de l’écriture, ça ne laisse pas indifférent, c’est imagé, du style qui a de la tripe, on sent la solide technique narrative, cet humour noir, cette violence parfois.

 Je regrette presque d’être moche à mon désavantage aujourd’hui. J’aurais pu dire « c’est moi »et minauder un peu. Si !  Je sais minauder, enfin je crois que je saurais…               

-          Donc… Je vais PAS en prendre beaucoup parce que, du Gil Graff ça se vend PAS très bien…      C’est pas comme xxxxxxx et xxxxxxx qui elles ont leur public. Gil Graff…. C’est pas du tout public, faut bien le dire.

Bon, il en a pris quelques-uns, pour voir.  

On est ressorti sur le trottoir. On a marché un moment côte à côte en silence, je me concentrais sur le ronronnement de la valise à roulette, des exemplaires de mon bouquin bringuebalaient à l’intérieur.   

-          En même temps, c’était aussi un compliment, a fini par dire Philippe…

           No Comment...

08 décembre 2013

Fidèle à flirter à la frontière des genres, j'ai glissé de la couleur dans mon dernier roman :-)

Un roman qui flirte avec les couleurs... Ceux qui étaient contre le mariage gay, passez votre chemin :-)

En sus des librairies, on peut se le procurer via le site www.ultimanecat.fr 

 

PNPDN

Posté par Gil Graff à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 décembre 2013

Cour de Noël à Collioure, sur le stand Ultima Necat/ Mare Nostrum...

Il fait beau et le parking du glacis est gratuit :-)

Je suis jusqu'au dimanche 8 décembre à Collioure, j'ai le bonheur de voir " Personne ne parlera de nous lorsque nous serons morts" attirer les promeneurs. Le livre démarre bien.

Je ne joue même pas à l'auteur : Personne ne me reconnait de mon vivant :-)

Posté par Gil Graff à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 novembre 2013

C'est arrivé près de chez vous... C'est le thème de l'atelier d'écriture. Et cela commence par un superbe quiproquo !

Eh bien ça commencé par un sacré quiproquo : une dame a appelé pour annuler sa présence à l'atelier car elle avait raté son bus. Cette dame devait donc venir de loin... Au passage je salue sa civilité qui lui fait téléphoner pour s'excuser de son absence

  Lorsque j'arrive 5 minutes à l'avance l'employé de la bibliothèque me dit :

 -- L'atelier est annulé, l'écrivain a raté son bus.

-- Ben  heu... l'écrivain c'est moi.

Bon du coup ça téléphone dans tous les sens et après moult interlocuteurs interloqués de me savoir bel et bien dans les lieux ( qui plus est ponctuelle) on arrive à éclaircir le mystère. Une employée a cru que la dame qui s'excusait c'était moi et, du coup, elle a tenu à informer tous les participants que c'était annulé.

Bon, cette personne ne me connait pas, parce lorsque je m'engage, j'arrive à pied à cheval ou en voiture ( le plus souvent en voiture) voire en stop,  à la limite en retard : mais je me bouge le cul pour honorer mon rendez-vous... Il y avait quand même une personne qui est arrivée en même que moi. On a fait l'atelier à deux, enfin à trois car j'ai aussi pris en otage une personne de la médiathèque :-). Certes, je suis un peu bornée, mais j'aime bien faire les choses prévues.

Posté par Gil Graff à 21:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

06 novembre 2013

l'écriture est un divertissement, une échappatoire, un exutoire... C'est ce plaisir là que je vous invite à partager ;-)

« Je suis éditée sous le nom de Gil Graff, à ce jour, j'ai écris une douzaine de textes longs et une vingtaine de nouvelles, en publication cela a donné sept romans et deux nouvelles... Pourquoi la plupart de mes textes sont restés dans les méandres de mon ordinateur et dorment en .doc ?
Parce que j'écris avant tout pour le plaisir et j'ai cette modestie de songer que ce n'est pas parce que c'est écrit que cela doit être publié.  Je ne suis pas un auteur classé dans un genre particulier même si le « noir » reste ma toile de fond. Je reste une dilettante qui suit les impulsions de son imagination.
 En ce qui me concerne l'écriture est un divertissement, une échappatoire, un exutoire certains soirs.
C'est ce plaisir-là que je vous invite à partager.

Posté par Gil Graff à 22:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,