02 avril 2014

Personne ne parlera de nous lorsque nous serons morts

Personne-mort-vign

En 1938 le jeune et insouciant Rémo Valdi débarque à Perpignan. C’est un mondain oisif qui pourrait se satis- faire d’être un bellâtre. Il croise le chemin de Maria Juan une aide-soignante anticonformiste qui aspire à toutes les libertés : citoyenne, sexuelle et intellectuelle. Leur improbable association durera plus de soixante ans.
Et puis il y a Victor, Consuelo, Rose, Pierre, Mathilde... et tant d’autres. Tous ces invisibles qui font une histoire dans l’Histoire : la guerre d’Espagne : la Retirada, les inondations (l’aïguat de 1940), les camps... les élections de 2002.
On savait Gil Graff un brillant auteur de romans noirs « Chronodrome », « Céret Noir »... à l’humour parfois baroque « Catalan Psycho ». On découvre avec « Personne ne parlera de nous lorsque nous serons morts » une nouvelle facette de la romancière. Cette fois elle nous livre une saga tour à tour bouleversante et enthousiasmante, une épopée où, de 1938 à 2002, l’histoire du siècle et celle des anonymes se confondent. La puissance de certaines pages en fait d’exceptionnels morceaux de bravoure et, une nouvelle fois, l’humanisme profond de Gil Graff et son réalisme désabusé se conjuguent à merveille.


18 août 2013

Presse - Portrait : Gil Graff, la plume noire du Roussillon

895SMROULL_32-598

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Posté par Gil Graff à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 juillet 2011

23/07/211 - FONT-ROMEU : festival du livre "Altitudes"

Samedi 23 juillet 2011, je suis au Festival du Livre "Altitudes" à Font-Romeu.
J'espère que je vais pas m'y faire chier... Qui viendra me distraire ? 

Posté par Gil Graff à 23:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 juin 2011

25/06/2011 Gil Graff à la San Jordi de Perpignan

Gil Graff occupera le stand des Editions Mare Nostrum le samedi 25 juin 2011 à la San Jordi de Perpignan, Quai Vauban de 10h à 17h. Elle vous y attend avec un grand sourire et peut-être une jolie dédicace si vous l'inspirez. Elle présentera ses deux derniers romans : Catalan Psycho et Céret Noir.

Posté par Gil Graff à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


01 mars 2011

Céret Noir

Quand on perd une dent, l'usage veut qu'on la dépose dans un coffret ou sous son oreiller afin que la petite souris vienne en catimini l'échanger contre une pièce. Peut-être aurait-il mieux valu que Samuel, voyageur sans bagages, s'abstienne de perpétuer la tradition lorsqu'il dormait à la belle étoile, à Céret, sous le pont du Diable...

Dans ce nouveau roman, Gil Graff se laisse aller au romantisme, certes sombre, et explore le pouvoir de l'écriture qui, les soirs de grisaille, brouille les contours du réel pour qu'advienne le surnaturel.

ceretnoir196

ISBN : 9782363910011
Sortie en : mars 2011
Editions : Mare Nostrum

Posté par Gil Graff à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 janvier 2008

Catalan Psycho

13 Août 2007

Le moteur cala, tous les voyants étaient au rouge. Elle s’était dit avec un début de panique au ventre : au prochain patelin, je m’arrête… A croire que l’auto, dans un ultime effort, l’avait décrété elle aussi. Le mot « arrêter », dans sa jolie tête de poupée bien roulée, avait une tout autre signification que « stopper» dans le sens d’une simple halte…Je m’arrête, ça voulait dire : je ne vais pas plus loin, je reste.
En fait, elle s’était trompée dans son itinéraire.
Depuis quelques kilomètres les panneaux sur la route n’étaient pas ceux qu’elle attendait, elle avait dû se fourvoyer à un embranchement. Etrangère à la région, donc dépourvue de repère, elle n’était pas non plus dotée de ce fameux sens de l’orientation pour se diriger à l’instinct. Mais elle avait d’autres talents…
Elle s’était égarée encore un peu plus en empruntant une traverse qui, espérait-elle, la ramènerait vers la zone artisanale où, le cerveau d’un coup embrumé par la lassitude de la conduite, elle s’était fourvoyée.
La voie n’indiquait nul endroit, au contraire de ce qu’elle avait imaginé, elle s’enfonçait sans fin dans la campagne. Il ne lui avait pas été permis d’effectuer un demi-tour car les étroits bas-côtés étaient longés de profonds fossés.
Aux clignotements de certains voyants du tableau de bord, elle avait réalisé que la voiture donnait des alarmes de faiblesse. Il lui semblait pourtant ne pas être trop éloignée de Thuir, sa cible depuis des centaines de kilomètres. Elle avait enfin aperçu un panneau annonçant un village, ou au moins un lieu-dit : El forat dels innocents. La voiture s’était signalée définitivement à bout de force juste à ce moment-là.
Gare à vous les peigne-culs !
Elle tourna la clé de contact, décidant de remiser le véhicule à l’endroit exact où les voyants avaient donné l’alerte, sur le parking de l’église.
C’était le plein été, une saison qui la mettait à son avantage puisqu’elle pouvait se promener à demi-nue. Elle portait une courte robe légère, dont la fluidité et la semi-transparence du tissu imprimé la vêtait sans vraiment l’habiller.
Elle considéra le décorum du bled. L’église modeste dont les portes étaient fermées, la placette, le bar-épicerie jouxtant une devanture défraîchie qui annonçait « pains et pâtisseries».
Sous le gros figuier qui ombrageait le bitume, une cabine téléphonique vétuste, dépourvue de porte, semblait une guérite abandonnée, chien ou chat, un animal somnolait à l’intérieur.
« Voyons voir, comment je m’appelle à El forat dels innocents », se dit-elle en tapotant le volant humide de la moiteur de ses mains, ce faisant elle admira ses 8 ongles joliment vernis. Eliane ? A tous les coups les pégreleux transformeront ça en Lili…


CatalanPsycho

ISBN : 9782361330095
Sortie : 2008
Editions : Mare Nostrum

Posté par Gil Graff à 15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 février 2007

Vous aurez de mes nouvelles dans les journaux...

Gil Graff est un auteur irrespectueux, ce qui est une grande qualité ! L'héroïne de Vous aurez de mes nouvelles dans les journaux est Elvira, une petite fille terrifiante qui aurait donné des sueurs froides à Alfred Hitchcock lui-même. Une étonnante fusion littéraire semble lier la romancière à son personnage car la violence stylistique de Graff se répercute en écho dans la violence meurtrière de la fictive Elvira. Quand on referme ce roman, noir comme une kyrielle de faits divers gores et érotiques à faire pâlir d'envie un journaliste, on se dit que Gil Graff est peut-être la tourmentée Elvira devenue grande. Elvira si intelligente, si observatrice, si machiavélique, si passionnée et si… Graff, dans son cinquième roman, traite donc de la folie aux apparences d’une jolie adolescente ; je peux dire aussi qu'elle entraîne son lecteur à la lisière de la folie. Vous souvenez-vous de ces vieilles couvertures de Détective réalisées par un maître de l'illustration en noir et blanc, rehaussées par des titres du style : "Il tue sa femme, son amant et le concierge et donne les corps à manger à son chien" ? Avec Vous aurez de mes nouvelles dans les journaux,  attention, vous allez entrer DANS la couverture! Serez-vous la victime terrorisée ou l'assassin aux yeux déments ? "Les deux !" nous promet Gil Graff.

vadmndlj

ISBN : 9782350660370

Sortie : février 2007
Editions : Cap Bear

11 juin 2005

Chronodrome

- Mais c'est incroyable cette incrédulité dont tu fais montre. Pourquoi es-tu prête à me suivre alors ?

- Je te l'ai dit, ce qui m'importe, c'est de partir de Villonne. Si tu me proposais Tombouctou, je n'y verrais aucun inconvénient, je m'inquiéterais juste de savoir si on aurait assez d'essence. Tes histoires de Chronodrome, je ne peux pas y croire, ça va à l'encontre de mes idées. Si je te disais que j'ai refusé toute notion d'études à cause de ce principe même : à quoi bon remplir une cervelle puisqu'elle finira par pourrir, comme le reste. N'importe quel cédérom est plus immortel que moi, je n'aime pas les efforts vains. Et toi tu viens me parler de voyages dans le temps et de messages subliminaux, je trouve que les humains sont à dégueuler, à la limite de savoir que l'humanité va perdurer encore cinquante mille ans ans, ça me fout en l'air, il est où le temps béni ou il n'y aura plus rien ni personne pour foutre la merde !

- Derrière nous, loin très loin.

- Ben moi, c'est par-là que je voudrais aller ! Je me fous du futur s'il est fait à partir de notre présent !

- Donc, je te casse les pieds...

chrono_cbe

ISBN : 9782361330095
Sortie en : juin 2005
Editions : Cap Béar

Posté par Gil Graff à 15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,